4 juin 2017

Un Label Bleu salutaire…



En 1986, Michel Orier crée Label Bleu, filiale de la Maison de la Culture d’Amiens – MCA pour les intimes. D’abord exclusivement dédié au jazz le label élargit son catalogue aux musiques du monde en 1992 avec la collection Indigo. En 2000 Orier cède les rênes à Pierre Walfisz, qui monte notamment Bleu Electric, label consacré aux musiques électroniques. Mais, en 2007, après moult déboires financiers, la MCA doit mettre le label en sommeil pendant quelques années. Sous la houlette de Benoît Delaquaize, le label est reparti de plus bel, à raison de quatre à cinq disques par an, du festival Tendance Jazz, du Studio Gil Evans, d’un partenariat avec L’Autre distribution…

C’est l’occasion de revenir sur quelques disques qui reflètent l’ouverture d’esprit et la diversité de Label Bleu : afro — groove avec Tankadi de Mamadou Barry, jazz expérimental avec Kind of Red de Das Kapital, neo bop funky avec Montagnes russes de Daniel Zimmermann, jazz flamenco avec For Paco de Louis Winsberg, free orchestral avec Sons Of Love de Thomas de Pourquery et jazz moderne avec 1986 – 2016: 30 ans – Concert anniversaire d’Henri Texier.